Accueil
   Guide pratique
      Informations générales


Ce site est optimisé pour un affichage de 1024 x 768 pixels. Pour imprimer, placer les marges gauche et droite à 5 mm.
  


 

Informations générales Nous contacter

 
La représentation auprès des autorités de l'immigration : Il est clair et important pour tout futur candidat de suivre toutes les étapes nécessaires à la constitution de son dossier qui doit être rempli conformément à la Loi sur l'immigration (du Québec et/ou du Canada). Le défaut de s'y conformer entraîne inévitablement le rejet de la demande ou un retard considérable. Il faut avoir à l'esprit que les Ambassades du Canada et les Services de l'Immigration du Québec reçoivent des milliers de demandes de résidence permanente et seulement celles qui sont absolument conformes au processus ci-dessus expliqué seront traitées. D'où l'utilité de voir son dossier pris en charge par un avocat pratiquant au Québec c'est-à-dire au Canada, pour des raisons évidentes de juridiction, qui est familier avec le droit de l'immigration et qui se tient en permanence au courant des changements législatifs et réglementaires qui interviennent et qui, le cas échéant, pourra saisir les tribunaux canadiens pour manquements à la Loi. C'est donc un gage de sécurité juridique que d'être représenté par un avocat canadien afin de maximaliser ses chances. Il est donc très important pour le client de réfléchir et de soupeser sa décision qui implique une immigration dans un autre pays et surtout les conséquences de son engagement. L'avocat étant un professionnel légalement autorisé à agir, lui confier le mandat de représentation équivaut à accepter d'en assumer les conséquences légales et financières qui en découlent. Pour les clients qui acceptent de nous confier le mandat de les représenter, notre cabinet leur offre un traitement complet de leur dossier. Nous traitons au préalable le dossier du candidat, nous vérifions sa conformité avec les exigences de la Loi et ses règlements et nous effectuons les représentations nécessaires auprès des services canadiens et/ou québécois compétents territorialement. Une copie du dossier traité est transmise au client, pour référence ultérieure.

Notre cabinet, offre, si besoin est, à la demande écrite du client, après la signature d'un mandat de services professionnels conséquent, le suivi juridique et judiciaire, c'est-à-dire que nous prendrons tous les recours appropriés devant les forums politiques, administratifs, quasi-judiciaires ou judiciaires compétents : ministères, tribunaux, commissions, etc., lorsque la décision est entachée d'un vice grave, arbitraire, déraisonnable, discriminatoire ou tout simplement si le fonctionnaire à l'immigration refuse de donner une décision motivée. Pour nos clients professionnels (ingénieurs, technologues, etc.) qui souhaitent notre assistance pour l'inscription aux Ordres professionnels requis par la Loi, notre cabinet est prêt à effectuer les démarches nécessaires dans la mesure où les frais d'admission sont assumés et payés par la clientèle.
   

Protection légale : le Barreau du Québec :
il est utile de connaître que le Barreau du Québec protège notre clientèle. En effet, le Barreau du Québec dispose d'un Fonds d'indemnisation qui lui est propre. Par ailleurs, la première mission du Barreau du Québec, c'est de protéger la clientèle contre les pratiques illégales ou qui contreviendraient au Code de Déontologie. Il faut rappeler que le Canada étant un pays de droit, la réputation d'un avocat constitue son viatique. Une atteinte à la réputation peut avoir des conséquences dramatiques allant jusqu'à la radiation du Barreau, donc de l'interdiction de pratiquer. Compte-tenu de ces circonstances, nous n'acceptons un mandat de représentation que s'il y a un climat de confiance mutuel et réciproque, autrement dit, chaque partie doit honorer scrupuleusement ses engagements.

 
Les études au Canada : pour ceux et celles qui veulent étudier au Canada, il est important de savoir que les frais de scolarité annuels pour les étudiants étrangers sont très élevés. En 2002, au Québec, ils sont de l'ordre de 17.000 dollars pour une année universitaire (du 1er septembre au 1er mai). À cette somme, il convient d'ajouter les frais de subsistance et d'assurance-maladie-hospitalisation qui s'élèvent à environ 10.000 dollars par année. C'est donc dire qu'il faudrait, en moyenne la somme de 30.000 dollars canadiens par année pour suivre convenablement sa scolarité. De plus, la législation actuellement en vigueur au Canada n'autorise pas les étudiants étrangers (sauf rares exceptions réglementaires) à occuper un emploi rémunéré. Pour ces raisons, un grand nombre d'étudiants étrangers éprouvent d'énormes difficultés durant leur scolarité. Nous déconseillons fortement à ceux et à celles qui ne possèdent pas des moyens suffisants et ce, pour une longue période, de venir étudier au Canada, à moins d'être boursier(e)s de leurs gouvernements ou d'une organisation internationale. Le programme canadien et québécois de bourses est d'ailleurs réservé aux citoyens canadiens ou aux résidents canadiens. Les frais de scolarité pour les citoyens canadiens ou résidents permanents s'élèvent en moyenne à 2500 dollars par année, dans la province de Québec, en 2002. Le programme canadien et québécois de prêts et bourses offre une aide financière de 8000 dollars, en moyenne, par année universitaire (septembre à mai), sous la forme d'un prêt et d'une bourse. Par ailleurs, les étudiants du niveau de la Maîtrise, du Doctorat ou du Post-Doctorat bénéficient de nombreux avantages financiers : bourses d'excellence (environ 15.000 dollars par année), bourses de recherche (environ 30.000 dollars par année), postes d'assistants de recherche, postes de chargés de cours, de chargés de laboratoire, etc.

Il faut noter que le système éducatif, au Québec, est gratuit jusqu'au niveau du collégial (avec des frais minimes), équivalent européen du lycée (études secondaires du niveau du baccalauréat du second degré).
  

Étudier au Canada et au Québec : mon cabinet est mesure de faire tout le nécessaire pour une demande d'inscription dans un établissement scolaire au Canada : écoles supérieures, écoles spécialisées, universités, Grandes Écoles telles que l'École Polytechnique, l'École de Technologie Supérieure, etc.

L'étudiant souhaitant poursuivre ses études au Canada doit contacter à l'avance mon cabinet pour nous permettre de respecter les dates limites d'inscription. En général, celles-ci sont les suivantes :

  • Avant le 1er mars, pour la session d'automne, commençant en septembre.
  • Avant le 1er octobre, pour la session d'hiver, commençant en janvier.

Mon cabinet fera tout le nécessaire pour les formalités d'inscription et pour l'obtention du visa d'étudiant. Pour cela, le futur étudiant doit être en mesure de prendre en charge tous les frais que cela implique et qui seront communiqués, sur demande spécifique.

Par ailleurs, mon cabinet est en mesure d'agir comme tuteur pour les parents qui le souhaitent afin d'assister leurs enfants durant toute leur scolarité : règlement de tous les problèmes qui pourraient se poser, tels que : versement de fonds, paiement des assurances obligatoires, logement, réinscription, prolongation du Certificat d'acceptation du Québec (C.A.Q.), etc. Bien entendu, les parents doivent signer avec notre cabinet une convention claire à cet effet définissant avec minutie les prestations de services souhaitées et en assumer tous les frais.
 

Le visa de résident permanent pour les étudiants : il est possible aux étudiants inscrits dans un établissement d'enseignement canadien d'obtenir le visa de résidence permanente du Canada, dans la mesure où ils rencontrent toutes les exigences de la Loi. Cela leur permettra de demeurer au Canada, d'y vivre en permanence et d'y travailler. Il serait donc utile aux étudiants qui finissent leur programme d'études, c'est-à-dire qui sont à leur dernière session, de contacter notre cabinet pour les formalités légales.
 

La durée du traitement du dossier : le traitement du dossier par les services d'immigration dépend de plusieurs facteurs et notamment : le nombre de demandes reçues par les Ambassades canadiennes et les Services de l'immigration du Québec, les fluctuations de la politique nationale (Canada-Québec) et internationale en matière d'immigration et de réfugiés, le nombre de dossiers prioritaires appartenant à la catégorie de la famille (conjoints) et des investisseurs, du nombre de fonctionnaires de l'immigration disponibles et enfin du dossier spécifique du candidat pour l'étude et la vérification des antécédents sécuritaires devant être effectués dans le pays d'origine, dans le pays d'études (si différent) et dans le pays de résidence actuel (si différent du pays de naissance). De plus, pour ceux et celles qui se destinent à s'établir au Québec, il faut ajouter le traitement propre par le Service d'immigration du Québec, avant la transmission du dossier au service canadien des visas compétent. En règle générale, dans la mesure où chaque client collabore très rapidement, c'est-à-dire qu'il transmet immédiatement, sans tarder et avec le maximum de précision requis, les informations qui lui sont demandées, alors son dossier sera rapidement traité. Toutefois, si le client omet de remplir avec soin les formulaires qui lui sont transmis, si les informations qu'il communique sont incomplètes (adresse erronée, absence d'informations obligatoires, etc.) ou s'il retarde indûment la transmission d'une information, alors cela a des conséquences sur la durée de traitement du dossier. Règle générale, les agents d'immigration du Québec et du Canada font tout ce qui est possible pour traiter rapidement les dossiers d'immigration. La lenteur de traitement d'un dossier est entièrement imputable à la spécificité du dossier lui-même, soit parce qu'il manque des informations, soit parce que les informations sécuritaires ou médicales n'ont pas été obtenues, soit par ce que l'examen médical doit être plus approfondi, ou pour d'autres raisons administratives.
 

Les frais de voyage et de première installation au Canada : tous les frais de voyage du futur immigrant sont entièrement à sa charge et il devra les assumer pleinement. De plus, il faut prévoir les frais de subsistance et de logement pour la première année, en attendant de se trouver un emploi convenable. Cette précaution financière permettra de faire face, les premiers temps, aux frais d'installation avant de trouver un travail rémunérateur.
 

La consommation au Canada et les salaires : Le salaire minimum au Québec est de 8,00 dollars/heure, depuis le 1er mai 2007. Les salaires canadiens moyens annuels, approximatifs, en 2007, étaient les suivants :

- infirmière : entre 35.000 dollars et 60.000 dollars.
- ingénieur : 55.000 dollars et 155.000 dollars
- mécanicien : 40.000 dollars et 60.000 dollars
- secrétaire : 35.000 dollars et 55.000 dollars
- ouvrier syndiqué : 25.000 dollars et 65.000 dollars
- économiste : 65.000 dollars et 140.000 dollars
- spécialiste financier : 85.000 dollars et 195.000 dollars
- enseignant université : 75.000 dollars et 95.000 dollars
- enseignant secondaire : 40.000 dollars et 55.000 dollars
- ingénieur informatique : 65.000 dollars et 155.000 dollars
- technicien spécialisé : 50.000 dollars et 90.000 dollars


Pour connaître le taux de rémunération moyenne au Canada, par Internet, vous devez taper :
http://www.tbs-sct.gc.ca/index_f.asp (rubrique « Liens directs », à gauche, cliquer sur « Taux de rémunération »)


Les prix à la consommation des produits alimentaires et autres articles d’utilité courante, dans un supermarché sont variables. Prière de consulter directement les sites Internet des supermarchés ci-dessous :

- Supermarché Métro : http://www.metro.ca

- Supermarché Mourelatos : http://www.mourelatos.com

- Supermarché Maxi et Cie : http://www.maxi.ca

- Supermarché Loblaws : http://www.loblaws.ca/fr

- Supermarché IGA : http://www.iga.net/epicerie.php

- Supermarché Super C :
                         http://www.superc.ca/fr/index.html
 

Les conditions de travail au Canada : le résident permanent, une fois admis au Canada, doit immédiatement se mettre à la recherche d'un emploi rémunéré correspondant à ses qualifications. Pour cela, il doit se présenter aux Centres Locaux de l'Emploi (CLE) et autres organismes qui affichent en permanence des emplois. Des conseillers à l'emploi sont disponibles pour aider à rechercher un emploi, pour la formulation du curriculum vitae, pour suivre un stage de formation ou pour fonder une entreprise commerciale. Le salaire minimum est actuellement de huit (08) dollars de l'heure depuis le 1er mai 2007. Cependant, le personnel syndiqué bénéficie de salaires plus avantageux. Toutefois, la Loi sur les normes minimales de travail du Québec protège ceux et celles qui ne sont pas syndiqués.
 

La citoyenneté et l'installation au Canada : pour devenir citoyen canadien, il faut être résident permanent au Canada durant trois années et en faire la demande. Les formalités sont très simples. Vous ne perdez pas votre nationalité d'origine. Pour l'installation au Canada, c'est-à-dire principalement le logement, le parc locatif à Montréal et ailleurs est considérable. Tous les logements possèdent un minimum de confort : chauffage, eau chaude, réfrigérateur, cuisinière, salle de bains. L'installation du téléphone ne nécessite qu'une ou deux journées puisque le système téléphonique canadien est généralisé. De nombreux logements sont meublés.
 

Les droits et obligations des résidents permanents : la Constitution du Canada reconnaît les mêmes droits aux citoyens canadiens et aux résidents permanents. La discrimination, sous toutes ses formes, est interdite et le principe de l'égalité des femmes et des hommes est constitutionnellement reconnu. Cela signifie donc que toutes les personnes résidant au Canada ont les mêmes droits et obligations : droit au travail dans la fonction publique, droit aux pensions, droit aux allocations familiales, droits à l'assurance-emploi, droit aux allocations de formation, droit aux allocations de maternité, droit aux allocations de parentalité (lors de la naissance d'un enfant), droit à l'aide sociale pour ceux et celles qui n'ont aucun revenu, etc.
Cela implique que toutes les personnes respectent, en contre-partie, les lois et règlements du Canada
.

  

La protection sociale au Canada : tous les Canadiens et résidents permanents bénéficient gratuitement du système universel de santé : maladie et hospitalisation. Pour ceux et celles qui sont démunis financièrement et qui n'ont pas de travail, la Loi sur la Sécurité du revenu du Québec (pour ceux et celles qui sont au Québec, les autres provinces ayant des lois identiques), offre une protection de dernier recours en leur accordant un montant mensuel variable selon la taille de la famille (environ 540 dollars pour une personne seule et 1300 dollars pour un couple avec deux enfants). D'autres lois sociales protègent les Canadiens, mais elles sont trop nombreuses pour être toutes citées (chiffres fournis à titre indicatif seulement).
   

Confidentialité des dossiers : toute demande de renseignement doit se faire par écrit (télécopieur, courrier recommandé, etc.). Aucun renseignement ne sera fourni par téléphone ni à une tierce personne, conformément à la Loi sur le Barreau du Québec (secret professionnel et confidentialité de la relation client-avocat).
 

Note additionnelle concernant l'entrevue avec les services d'immigration : toute entrevue avec les services d'immigration doit être soigneusement préparée par le (la) futur(e) candidat(e). Il est donc essentiel de lire avec attention la lettre de convocation, car elle contient des éléments de réponse quant à la raison-même de l'entrevue et des exigences des services d'immigration, quant à la nature des documents originaux à apporter à l'entrevue (passeport, attestations de travail, diplômes, actes de naissance, de mariage, preuve d'autonomie financière, etc.). Avant l'entrevue, il serait utile de lire et de s'informer davantage sur le Canada et sur le Québec (informations de nature géographique, économique, politique, sociale, culturelle, etc.). Ce genre d'information peut, en général, se trouver dans des livres scolaires ou de vulgarisation générale disponibles dans les librairies, dans les bibliothèques ou centres culturels ou par Internet, en visitant les sites Web gouvernementaux, culturels, universitaires, etc.

Par ailleurs, il est important de remarquer qu'il faut mettre tous les atouts de son côté pour que l'entrevue soit bien réussie : attitude polie et positive, aspect extérieur et personnel adéquat et éviter de heurter négativement le conseiller à l'immigration par des réponses évasives ou incomplètes. Il est important d'être attentif aux questions posées, d'y répondre avec précision et objectivité, d'être souple et faire preuve d'adaptation lorsqu'il est requis de l'être, d'éviter tout comportement agressif ou évasif.

Il est primordial de lire et de relire la copie de votre dossier d'immigration afin de le mémoriser. En conclusion, il faut se rappeler que l'entrevue a pour but essentiel de vérifier la véracité de votre dossier et qu'il vous incombe de vous préparer positivement à l'avance en conséquence.
 

Le dossier d'immigration : les documents qui vous sont demandés sont nécessaires pour préparer votre dossier complet qui sera remis aux autorités de l'immigration du Québec et du Canada. C'est pourquoi, il est nécessaire de transmettre à notre cabinet tous les documents et pièces demandés dans les meilleurs délais. De plus, vous devez remplir les formulaires d'immigration avec le plus grand soin et répondre à toutes les questions, de façon obligatoire, sans en omettre aucune. Il est nécessaire d'expliquer si vous avez effectué le service militaire (le cas échéant, avec les dates d'entrée et de sortie), si vous avez été membre d'une organisation culturelle ou syndicale. Enfin, il faut indiquer avec précision vos adresses de résidence durant les dix dernières années afin de permettre l'examen de vos antécédents judiciaires. De plus, il est impératif d'indiquer également le montant d'argent en votre possession lors de votre arrivée au Canada (ou demander à votre avocat de le faire pour vous). Si vous négligez cela, votre dossier sera alors incomplet, et des délais supplémentaires seront alors requis pour corriger la situation. Cela signifie donc que le traitement de votre dossier sera retardé en raison de votre négligence.
 
Conclusion : toute demande d'immigration au Canada doit être soigneusement réfléchie et programmée, en termes d'investissement humain et financier. C'est pourquoi, notre cabinet recommande aux futur(e)s immigrant(e)s de lire les présentes informations avec la plus grande attention et de contacter notre cabinet si cela s'avère nécessaire. Notre cabinet mettra tout en oeuvre pour vous apporter le maximum d'aide et de conseils utiles en la matière.
  

[Retour au haut de la page]

 



La meilleure façon de contacter notre cabinet est d'utiliser la messagerie rapide et prioritaire, comme D.H.L. International. Autrement, il est possible également d'envoyer la correspondance par lettre recommandée ou par messagerie électronique (courriel, e-mail).

En cas d'urgence, il est également possible de communiquer par téléphone au 514-834-2699 du lundi au vendredi, à partir de 15 heures, heure de Montréal.


Adresse de notre cabinet :

Me Daho Mokhtar
Visa Immigration Express Canada
12030-A, rue Louis Jadon
Montréal, Québec
H4K 2N2 - Canada

Tél : 514-834-2699

E-mail : daho@visaexpresscanada.com

 

Les honoraires professionnels : comme expliqué ci-dessus, les services que nous offrons à notre clientèle exigent de celle-ci qu'elle assume ses responsabilités financières, autrement dit d'acquitter les honoraires professionnels, les déboursés juridiques, les droits d'immigration et autres frais requis par les Ordres professionnels (Ordre des Ingénieurs, Ordre des Technologues, Ordre des Agronomes, etc.).

Nos honoraires sont calculés en tenant compte des éléments suivants :

  • le Code de déontologie des avocats du Québec qui spécifie que :
  • « l'avocat doit faire preuve, dans l'exercice de sa profession, d'une disponibilité et d'une diligence raisonnable » ;
  • « l'avocat doit éviter toutes les méthodes et attitudes susceptibles de donner à sa profession un caractère de lucre et de commercialité » ;
  • « l'avocat doit demander et accepter des honoraires justes et raisonnables ».
  • de la complexité et des difficultés propres à chaque dossier, du temps qui lui sera consacré, de la responsabilité assumée, de la prestation de services offerts, de l'expertise de notre cabinet en matière d'immigration.

Des honoraires, selon un montant net et forfaitaire, sont demandés à chaque client. Le montant exact à payer figure sur la lettre de représentation envoyée au client qui est donc libre d'accepter ou de refuser d'être représenté par un avocat.

 

Note très importante : L'information décrite ici l'est à titre indicatif seulement et ne peut engager la responsabilité du cabinet de Me Daho MOKHTAR, Avocat. En effet, les lois et la réglementation peuvent être modifiées en tout temps et changer les exigences légales, réglementaires et procédurales en matière d'immigration.

 

" Contactez par Internet les organismes québécois et canadiens qui aident à trouver des emplois afin de vous familiariser avec le marché du travail du Québec et du Canada. Conservez et imprimez leurs réponses.

" Préparez-vous à l'entrevue de sélection, longtemps à l'avance : attestations de travail, fiches de paie, attestations bancaires (autonomie financière), copies des diplômes, etc.

Accueil           Formulaire           Liens           Contact          Carte du site

©  2005 - VISA IMMIGRATION EXPRESS CANADA ™